JMO/Rgt :

"Harcèlement ennemi très actif pendant la 1ère partie de la nuit. Nos mitrailleuses de la corde répondent. Le brouillard persistant jusqu’à 10 heures permet à nos travailleurs d’améliorer sensiblement nos réseaux de fils de fer. Les boches renforcent leurs défenses accessoires devant le Vélodrome ? Une bombe Aasen blesse légèrement au chemin creux 1 caporal et 2 hommes (1 seul évacué). Une autre soldat est enterré par une torpille et est dégagé sans blessure. Grande activité de l’aviation.

Pertes : 1 blessé"

JMO/SS :

"Mêmes emplacements qu’hier.
Indisponibles : 4e, 6 + 5e, 4 + 6e, 5 = 15

1 blessé grave :
Ss/Lieut. GRAVIL Pierre, mle 11 : plaie pénétrante du bras gauche et de la région dorso-lombaire droite par éclat d’obus.
23e (blessé léger) TOURNAIRE Joseph, sergent : plaie par éclat d’obus de l’arcade sourcilière gauche, de l’épaule et du bras gauche (imp. au Sce)

État sanitaire satisfaisant.

1 blessé léger dans la matinée du 10 Sept 1917 :
18e POURET Germain, caporal : petites plaies superficielles de la fesse gauche par éclat de bombes à ailettes.

Évacués sur ambulance 1/71 Vaux Varenne :
21e ARTIGUENARE Jean, 2e cl. angine et adénopathie
14e IZARD Marius, sergent : fatigue générale, amaigrissement (imp. au Sce)
CHR BOIRON Joseph, pionnier : dyspepsie et amaigrissement (imp. au Sce)"