JMO/Rgt :

"Harcèlement pendant la nuit et toute la journée par bombes à ailettes et par obus de léger et moyen calibre. Réponse par 2 tirs de représailles.

Par ordre du Général en Chef n°5767/D du 28 Septembre 1917, les soldat ROZE, NAUD et CANOVA reçoit la médaille militaire.

 Pertes : un tué, un blessé par éclatement prématuré de grenade.

 En exécution de l’ordre n°152/S du Lieut-colonel cdt le sous-secteur, le 6ème bataillon du 217ème a relevé sur ses emplacements de réserve le 5ème bataillon qui a relevé en première ligne le 4ème bataillon. Celui-ci, après relève, s’est rendu aussitôt libéré au repos au camp A. Mouvement de relève terminé sans incident à 22h45."

JMO/SS :

"Mêmes emplacements qu’hier.
Indisponibles : 4e, 4 + 5e, 3 + 6e, 9 = 16

Évacué sur ambulance 1/71 Vaux Varennes :
22e JIORGI Joseph, 2e cl. : embarras gastrique (imp. au Sce)

Blessé :
15e COUZON André, 2e cl. : plaies multiples face, coté et bras droit par éclat de grenade (imp. au Sce)

Tué :
15e REBILLON Ferdinand, 2e cl. : par éclat de grenade (imp. au Sce)"

Voici le détail de l'homme tué ce jour :

Ferdinand, Lucien REBILLON, né le 17/06/1897, à La Celette(23),
fils de Sylvain x MANDRAULT Marie, Julienne, conducteur de chevaux,
soldat de 2ème Classe, mle 718-Guéret, décès transcrit le 18/01/1918 à La Celette,
il repose à : 51 - Cormicy - Nécropole Nationale "LA MAISON BLEUE" tombe n° 2652