JMO/Rgt :

"L’ennemi tire pendant la nuit et la matinée sur la station et les régions du camp ; il y a plusieurs tués et blessés au 4ème bataillon. Ce tir prend dans l’après-midi l’apparence d’un harcèlement régulier par rafales d’une douzaine d’obus toutes les ½ heurs, 150 et 105, fusées sensibles.

         Par note n° 16 du Lt-Colonel, le 5ème bataillon reçoit des instructions pour s’organiser solidement sur la position, mais à 14h, un ordre verbal de la Division prescrit de reprendre la progression et de pousser dans le bois des Terrières. A cet effet, le 358ème attaquera à notre droite et le 217ème devra profiter du mouvement pour progresser à son tour.

         La préparation d’artillerie commence à 17h et dure jusqu’à 18 h. Le 5ème bataillon ne peut progresser, se heurte à un barrage de mitrailleuses très violent, renforcé d’un tir d’artillerie de tous calibres avec gaz sur toute la région du bois et doit reprendre ses emplacements.

         A partir de 22 heures, le 5ème bataillon est relevé par le 4ème bataillon et va en réserve à la station. La relève est des plus pénibles.

         Situation en fin de relève : 4ème bataillon en 1ère ligne, 6ème bataillon en soutien, 5ème bataillon en réserve.

Pertes : tués, 3 hommes / Blessés, 3 officiers, 23 hommes / Intoxiqué : 1"

JMO/SS :

"Mêmes emplacements qu’hier pour les postes de bataillon et le PS central.

Le secteur est violement bombardé par des obus de tous calibres et des obus toxiques.

Inhumation de 28 cadavres du 217ème RI dans une fosse commune située au Sud de la Gare d’Autry. Ces hommes ont été tués pendant les journées ses 3 et 4 Octobre 1918."